Total Visites

mercredi 28 novembre 2018

Centrafrique en deuil



Centrafrique en deuil
Au cours de ces semaines, nous avons de gros problèmes avec la connexion Internet. Notre système, qui fonctionne sur un satellite, a lâché, et la connexion avec les opérateurs téléphoniques fonctionne avec le compte-gouttes ...
Au cours de ces semaines, je suis toujours souvent en déplacement, pour diverses responsabilités.
Vendredi, je suis descendu à Bangui pour revenir à Bozoum le lendemain, accompagné de notre supérieur provincial, P. Savio, et du père Paolo Arosio, pour la première fois en visite dans nos missions. Mais quand je suis arrivé à Bossemptele, à 300 km de Bangui, ma voiture est tombée en panne ... et ne voulait plus continuer: la transmission s'est cassée. Les confrères de Baoro sont venus à notre secours et nous avons continué le voyage.
Dimanche nous avons célébré la Messe sur le Mont Binon, à Bozoum, pour la fete de Christ Roi.
J'écris maintenant de Bocaranga, où je suis de passage, après une visite aux missions de Bouar, Bocaranga, Ndim et Ngaoundaye. J'ai accompagné à  Bocaranga Pierre et son épouse, qui ira à l'école ici pour devenir catéchiste. Je suis ici parce que la Caritas allemande nous aide à soutenir les écoles de la région (65 écoles et 250 enseignants), avec une prime mensuelle d'environ 22,5 euros par enseignant.
La zone est difficile à atteindre, mais le gros problème est la présence de groupes rebelles, que je croise en chemin. Dieu merci, ils ne m'arrêtent pas, mais le voyage est assez tendu.
À cette époque, les évêques de Centrafrique ont pris une décision historique: ils ont demandé aux chrétiens et aux personnes de bonne volonté de ne pas participer aux célébrations du 1 er décembre (fête nationale). La décision est grave, car le pays est en deuil (à Alindao, il y a eu au moins 72 victimes, dont 2 prêtres) en raison des attaques constantes, et il est injuste de se réjouir lorsque 80% du pays est sous contrôle des rebelles.








Ngaoundaye

I Caschi blu - MINUSCA




RIBELLI vicino a Nagoundaye
les Selekas près de Ngaoundaye




vendredi 23 novembre 2018

40 ans du diocèse



Missionari Cappuccini a Ngaundaye, anni 60: sotto, da sinistra P.Cipriano, ??, P.Agostino Delfino,e sopra P.Mansueto, p.Armando Gianni e p.Massimiliano




40 ans du diocèse
Il y a tout juste 40 ans, le 19 novembre 1978, le nouveau diocèse de Bouar naissait,  avec la consécration épiscopale du nouvel évêque, le capucin P. Armando Gianni.
Le diocèse de Bouar est née de celle énorme de Berberati. Le père Armando Gianni était arrivé en Centrafrique en 1964, à 25 ans. Il était curé de Bozoum quand nous, les Carmes, nous sommes arrivés, puis il avait été transféré plus au nord à Ngaoundaye.
La création d’un diocèse est une mission très exigeante, et l’évêque s’est beaucoup investi: il a créé de nouvelles paroisses, une école de catéchistes, le séminaire, construit une nouvelle cathédrale et a encouragé de nombreux missionnaires à ouvrir des écoles et des dispensaires.
Après avoir dirigé le diocèse pendant 38 ans, l'évêque Armando Gianni s'est retiré en Italie. Depuis le 11 février de cette année nous avons un nouvel évêque, Mgr Mirek Gucwa, de nationalité polonaise.
Un peuple, une famille, une personne: nous devons tous nous souvenir de nos racines. C'est pourquoi nous avons solennellement célébré le 40e anniversaire de notre diocèse.
Mercredi 52 personnes de Bozoum sont parties en camion vers Bouar, catéchistes et représentants des différents mouvements de la paroisse, pour participer à la grande "Conférence". Les 12 autres paroisses du diocèse étaient également présentes pour 3 jours de réflexion, de prière et de catéchèse. Et de mémoire: de nombreux "anciens" missionnaires et missionnaires ont rendu leur témoignage, ainsi que des couples et des catéchistes. Il est bon de voir ce trésor de fidélité à Dieu et aux frères de nombreuses personnes. Il y a des missionnaires qui sont ici depuis 58 ans!
Je suis allé moi-même  à Bouar jeudi après-midi et vendredi matin j'ai célébré dans la Cathédrale. De Bouar, je suis ensuite parti pour le nord, à Bocaranga. Nous commençons ici un projet, en tant que Caritas, pour cette région très touchée par la guerre. Il y a de nombreux rebelles dans la région et de nombreux Peuls, éleveurs nomades, qui risquent de se laisser entrainer dans un jeu de guerre plus grand qu’eux-mêmes.
Dieu merci, je peux atteindre Bocaranga sans faire de mauvaises rencontres. Le projet aidera les personnes plus en difficulté à reconstruire leur maison, à démarrer  un élevage et à créer des emplois.
Le soir j'atteins Bozoum, après environ 400 km.
Dimanche, je célèbre les messes dans la paroisse, mais dans l'après-midi, je vais à Baoro, où le lendemain nous avons une réunion sur l'économie de nos 5 communautés de Centrafrique (Bouar St.Elie, Yolé, Baoro, Bozoum et Bangui). Nous vivons pratiquement grâce à l'aide que nous recevons, souvent de nombreuses personnes simples, généreuses et d’un grand cœur.
Partenza da Bozoum
le départ de la délégation de Bozoum


Catechesi, Parrocchia di Fatima, Bouar

P.Valentino, P.Cipriano, P.Pio, P.Matteo


Offertorio
Offertoire


P.Valentino, in Centrafrica dal 1962


Bocaanga, Scuola dei Catechisti, con Flavio Queller (a sin), verso il 1980
Bocaranga, école des Catéchistes, avec Flavio Qoeller (à gauche) vers 1980

Arrivo delle suore Clarisse a Bouar, maggio 1961
Arrivée des Soeurs Clarisses à Bouar, vers 1961

Mgr Armando Gianni e don Adriano, Wantigera, verso il 1998
Mgr Armando Gianni et l'abbé Adriano, Wantigera, vers 1998

Bozoum, matrimonio di Thomas Gbanou, verso il 1980
Bozoum, mariage de Thomas Gbanou, vers 1980

P.Carlo e sr Biagina, Baoro, verso il 1975-77
P.Charles et sr Biagina, Baoro, vers 1975-77


jeudi 15 novembre 2018

Madagascar 3






Madagascar 3
Me voici chez moi, à Bozoum.
Nous nous  sommes quittés la semaine dernière à Madagascar. La rencontre avec les supérieurs  du Carmel en Afrique francophone s'est terminée vendredi matin. Dans l'après-midi, je vais rendre visite à Sœur Erneste, une Carmélite, qui a beaucoup travaillé en Centrafrique. Malade depuis des années, je la salue en Sango, la langue de Centrafrique, et elle répond avec un sourire. Nous discutons ensemble de la mission et de la paroisse de Baoro, où elle avait travaillé longtemps comme infirmière. Les derniers jours à Madagascar m'ont permis de rencontrer d'autres religieuses Carmélites de Turin, qui ont beaucoup travaillé en Centrafrique. C'est un plaisir de se revoir et j'aime bien considérer  le travail qu'elles ont accompli comme un grand trésor.
Samedi matin, nous partons avec ces religieuses à l'est de l'île, à 160 km d'Antananarivo. La route grimpe jusqu'à 1600 mètres, à travers un paysage vallonné. C'est impressionnant de voir que tous les espaces disponibles sont cultivés. Dès qu'il y a une petite plaine, la terre est travaillée, en particulier avec le riz. C'est précisément à Madagascar qu'est née une technique de culture du riz que nous avons introduite à Bozoum. Dans les années 60 environ, un père jésuite, le père Henri de Laulanie, développa cette technique (qui prévoit de repiquer les plantes de riz quelques jours après le semis - au lieu de quelques semaines - avec une seule plante par trou, avec des distances précises). qui permet au riz de produire beaucoup plus qu’avec les techniques traditionnelles. C’est avec cette technique qu’à Bozoum, certains agriculteurs parviennent à produire 11 tonnes de riz par hectare (lorsque la moyenne est d’environ 2 à 3 tonnes - et en Italie, elle est de 5,6 tonnes).
Vers 11h nous atteignons Andasibe, au milieu de la forêt. Malgré le temps limité, nous pouvons visiter une partie du parc. La végétation est impressionnante. Et les animaux aussi. On peut voir notamment les crocodiles, de loin ... Et les fameux lémuriens: une sorte de petits singes, vivant exclusivement à Madagascar. Dès que nous traversons la petite rivière et arrivons la région où ils habitent, ils viennent nous rencontrer. Pendant que je suis en train d’en encadrer un pour une photo, un autre monte et se pose sur mon épaule!
Après la visite, nous nous rendons chez les Carmélites de Turin, qui nous accueillent avec beaucoup de fraternité. Nous retrouvons ici sœur Michelle, également en Centrafrique pendant de nombreuses années. Nous partageons ensemble le repas  et c’est un plaisir de partager les souvenirs, mais aussi de parler de ce qui se passe en Centrafrique, de souffrir et de nous réjouir ensemble.
Dans la soirée, retour à Antananarivo et dimanche après-midi, départ pour Bangui, où j’arrive le lendemain. À Nairobi, j'ai rencontré Marta Scarzella, une jeune volontaire de Gênes qui était à Bozoum pendant trois mois l'année dernière. Maintenant, elle travaille en Tanzanie (elle est sage-femme) et vient passer quelques semaines au paradis de Bozoum.


























jeudi 8 novembre 2018

Madagascar 2



Madagascar 2
La semaine continue et je suis toujours ici à Madagascar.
Nous sommes une douzaine de Pères Carmes, originaires de divers pays de l'Afrique francophone (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Togo, Cameroun, Centrafrique, Congo, Madagascar et Sénégal), un père du Malawi et un père nigérian de notre Maison générale.
Pratiquement chaque jour est consacré à des réunions longues mais intéressantes. L'Église et le Carmel se développent dans de nombreux pays africains. De nombreux jeunes frappent à nos portes et nous essayons d'apporter, dans des pays et des cultures très différentes, les richesses et la beauté de l'Évangile et de l'expérience de Dieu et de la prière de nos saints.
Le mercredi matin est un jour important pour le pays: il y a les élections pour le Président. Nous en profitons pour une journée de rencontres et de détente. Dans la matinée, nous allons visiter les Carmélites d'Amposanimalo, un monastère d'Antananarivo. Elles sont une quinzaine et elles sont très joyeuses et vaillantes. Nous passons un bon moment avec elles et échangeons des informations sur nos communautés et nos pays. Dans l'après-midi, visite de la cathédrale et de la tombe de la Bienheureuse Victoire Rasoamanarivo, première femme malgache béatifié (par Jean-Paul II). Et le soir nous sommes avec une petite communauté de Sœurs Missionnaires Carmélites Thérésiennes, pour la fête de leur fondatrice. Nous célébrons la messe et partageons le dîner (et la vaisselle), en terminant par une belle récréation avec chants et danses.
Demain, vendredi,  nous allons terminer et dimanche je vais partir pour la Centrafrique, où j’arriverai lundi après-midi.













le Monache Carmelitane
les carmélites de Antananarivo


Cathédrale de Antananarivo