Total Visites

mercredi 30 décembre 2020

Paix sur la terre ...

 

 

Sr Solange e i preparativi del Natale
Sr Solange et les travaux de Noel

Paix sur la terre ...

Noël est enfin arrivé!

Même ici en Centrafrique. Malgré tout. Avec nous, pas de comète ni de lumières, mais beaucoup de tension car le pays se dirige, une fois encore, vers la guerre civile.

Depuis quelques semaines aucune voiture ou camion passe, car la route (la seule qui relie la capitale Bangui au port de Douala au Cameroun) est bloquée par des groupes rebelles qui tentent, sinon de prendre la capitale, au moins de bloquer l'arrivée des marchandises.

Et tout cela pour bloquer les élections présidentielles et législatives, prévues le 27 décembre.

De nombreuses villes ont été envahies par des groupes rebelles. Parmi celles-ci, Bozoum, Bouar, Bossemptele, Bossembele, Yaloke, Boali, Mbaiki, Bocaranga, Baboua. Et je m’arrête car la liste est trop longue!

Malgré la tension, nous parvenons à préparer Noël. Les 24 et 25, avec le Père Michael, nous partons pour les villages les plus éloignés, espérant ne pas faire de mauvaises rencontres!

Le 24 décembre, nous partons vers 6h30, arrivant à Igwe vers 8h30. C'est un petit village à 50 km de Baoro, mais nous parcourons les 15 derniers kilomètres en première et deuxième vitesse

L'arrivée est une fête, et après les confessions nous célébrons la messe de Noël, celle de Minuit, à 9h30 du matin! La chapelle est en paille, basse, et peut-être pour cette raison qu'elle sente beaucoup le  Noël. Après la messe, je donne des bonbons aux enfants et un ballon, qui est très apprécié!

Nous partons vers 11h30, mais nous devons rentrer et rouler encore pour 50 km pour arriver au village suivant, qui n'est qu'à 15 km d'Igwe (mais la route est bloquée par des arbres tombés, et nous ne pouvons pas passer).

Vers 14 heures, nous arrivons au deuxième village, Bayanga Didi. Nous préparons avec calme la Messe, au cours de laquelle nous célébrons 13 baptêmes de petits enfants!

Il fait maintenant nuit quand nous partons. Nous arrivons vers 21 heures à Yoro, un autre grand village. Le programme est enfin d'aller nous reposer, mais les gens nous attendaient, et à 22 heures, nous commençons la troisième messe de la journée. À la fin, des chants et des danses et des jeux. Mais nous sommes tellement fatigués que nous nous endormons sans écouter (presque) rien!

Le jour de Noël, nous célébrons la Messe dans 2 villages. Le père Michael reste à Yoro, pendant que je vais à Sinaforo. Il y a 7 km de route, et cette fois je peux les parcourir en moins d'une demi-heure!

Sinaforo est un petit village. La chapelle, recouverte de tôles (en effet, des vieux bidons battus pour les aplatir), est pleine, et ici aussi il est beau de voir et de toucher la joie et la fête que Dieu, fait Homme, apporte.

Dans l'après-midi nous retournons à Baoro, où la situation semble calme.

Le dimanche 27, jour du vote, commence mal. Dans de nombreuses villes, personne n'a pu aller voter, car les rebelles ont commencé à tirer et à boycotter les élections. À Baoro, on vote. Mais peu osent le faire. Pire encore, les rebelles arrivent pendant la nuit et brûlent la plupart des bulletins de vote!

A 17h30 du lundi 28 décembre, les coups de feu nous réveillent! Pendant une heure nous écoutons tirer un peu partout (et je vous assure que ce n'est pas un joli réveil!). Vers 8 heures, tout se calme. Les rebelles semblent s'être dirigés vers le sud et le reste de la journée se déroule tranquillement.

Bien sûr, il n'y a aucune protection pour le peuple. La police locale et les gendarmes ont fui depuis longtemps, tandis que les Casques bleus passent dans l'après-midi, quand tout semble calme ...

À 18h30, 2 rebelles armés arrivent. Ils ont franchi le mur de la Mission et ont forcé la sentinelle à nous appeler. Je sors de la pièce, et je les trouve devant moi ... Je les fais "gentiment" sortir de notre maison. Ils recherchent les motos du parti au pouvoir. Je lui dis que nous ne les avons pas. Ils menacent la sentinelle, ils me menacent, mais ensuite j'arrive à les emmener voir des salles de classe, où il n'y a que des pupitres ...

Comme les motos ne sont pas là, ils continuent de menacer, mais je peux lentement les faire sortir de notre concession sans vol ni fusillade ...

Pour le moment!

En repensant à Noël, il est beau d’écouter le chant des anges: "Paix sur terre ...".

Et nous prions et espérons, car sans l'aide d'en haut et un peu de bonne volonté d'en bas, il n'y aura pas de paix. Il est peut-être temps de le comprendre. Surtout ici en Centrafrique. Là où la prière pour la paix ne manque jamais. Trop souvent, il manque la volonté de ne pas céder à la violence, la volonté de lutter contre la corruption, la volonté de refuser les raccourcis, la volonté de faire passer le bien commun et les autres en premier.

Courage!

Et Bonne année!





Igwe, l'offertorio
Igwe, l'offertoire

Tam tam e tanica, gli strumenti del coro
Tan tam et herricane, les instruments de la Chorale

 

 


P.Michael e i battesimi a Bayanga Didi
P.Michael et les baptèmes à Bayanga Didi

Sinaforo


 



Sinaforo

Messa a Sinaforo
Messe à Sinaforo

Folla a Baoro, dopo il passaggio dei "ribelli"
La foule à Baoro, après le passage des rebelles
Le macchine di Polizia e Carabinieri locali, nascoste alla Missione
Les voitures de la Police et des Gendarmes, cachées à la Mission
Passaggio dei Caschi Blu
Les Casques Bleus de passage

 


mercredi 23 décembre 2020

Joyeux Noël!

 

 

 

Joyeux Noël!

Même si l'année a été lourde, c'est Noël!

Même si, vous avec le Covid, et nous avec la guerre, on a beaucoup lutté, c'est Noël!

La naissance de Jésus reste la seule espérance des hommes.

Je vous fais mes souhaits avec une belle histoire tirée des contes de Don Camillo. Et je souhaite à chacun de vous de "sentir chaleur du Bambinello rose dans le creux de la main ".

Joyeux Noël et bonne 2021.

Père Aurelio


 

C'était presque Noël et il fallait de toute urgence sortir les statuettes de la Nativité, les nettoyer, les retoucher avec de la couleur, réparer les bosses. Et il était déjà tard, mais Don Camillo travaillait encore au presbytère. Il entendit un coup à la fenêtre et, peu de temps après, il alla l'ouvrir parce que c'était Peppone.

Peppone s'assit pendant que Don Camillo reprenait ses corvées et tous deux restèrent silencieux pendant un bon moment.

Don Camillo commença à retoucher la barbe de Saint-Joseph avec de la couleur blanche. Puis il passa à retoucher sa robe.

"Vous en avez encore pour longtemps?" s'enquit Peppone avec colère.

"Si tu me donnes un coup de main, en un peu de temps c’est terminé."

Peppone était mécanicien et avait des mains aussi grosses comme des pelles et des doigts énormes qui avaient du mal à se plier. Cependant, quand quelqu'un avait un chronomètre à réparer, il devait se rendre chez Peppone. Parce qu'il en est ainsi, ce sont les grands hommes qui sont faits pour les toutes petites choses.

"Tu parles! Maintenant je vais peindre les saints! " il murmura. Je ne suis pas le sacristain!"

Don Camillo pêcha au fond de la boîte et a sorti un petit truc rose, de la taille d'un moineau, et c'était le Bambinello (l’Enfant Jésus)  lui-même.

Peppone se retrouva sa statuette dans la main sans savoir comment puis il prit un pinceau et commença à travailler.

Lui de ce côté et Don Camillo de l'autre côté de la table, sans se voir car il y avait, entre eux, l'éclat de la lampe.

«Personne ne peut faire confiance si l'on veut dire quelque chose. Je ne me fais même pas confiance »,  déclara Peppone.

Don Camillo était très absorbé par son travail: il fallait refaire tout le visage de la Madone. Un travail de précision.

"Et tu me fais confiance?", demanda Don Camillo avec indifférence.

"Je ne sais pas".

«Essaye de me dire quelque chose, comme ça on va voir.

Peppone termina les yeux du Bambinello: le plus difficile.

Puis il rafraîchit le rouge des petites lèvres.

"Tu as peur?"

"Je n'ai jamais eu peur au monde!"

«Moi oui, Peppone. Parfois j'ai peur "

Peppone trempa le pinceau.

"Eh bien, parfois moi aussi" dit Peppone. A voix très baisse.

Don Camillo soupira aussi.

Maintenant Peppone avait fini le visage du bébé et passait par-dessus le rose du corps.

À présent, le Bambinello était terminé et, de couleur fraîche et si rose et clair, il semblait briller au milieu de l'énorme main sombre de Peppone.

Peppone le regarda et croya sentir la chaleur de ce petit corps sur sa paume.

Il posa délicatement le bébé rose sur la table et Don Camillo posa la Madone à côté de lui.

«Mon enfant apprend la poésie de Noël», annonça fièrement Peppone. «Je sens que chaque nuit sa mère la lui fait répéter avant qu'il ne s'endorme. C'est un phénomène ».

Puis, près de la Vierge penchée sur l'Enfant, don Camillo plaça la statuette de l'âne.

"Voici le fils de Peppone, voici la femme de Peppone et voici Peppone" dit Don Camillo en touchant l'âne en dernier.

"Et celui-ci c'est Don Camillo!" s'exclama Peppone en prenant la statuette du bœuf et en la plaçant près du groupe.

"Bah! Entre bêtes, on se compred toujours » conclut Don Camillo.

En partant, Peppone se retrouva dans la nuit sombre, mais à présent il était très calme car il sentait toujours la chaleur du Bambinello rose dans le creux de sa main. Puis il entendit les paroles du poème qu'il connaissait par cœur résonner à son oreille. «Quand, la veille de Noël, il me la récitera, ce sera une chose merveilleuse!» se réjouit-il.

La rivière coulait tranquillement et lentement, à quelques pas de là, sous le talus, et c'était aussi un poème qui avait commencé quand le monde a commencé et qui allait continuer. Et il avait fallu mille ans pour arrondir et lisser la plus petite des milliards de pierres au fond de l'eau.

Et ce n'est que dans vingt générations que l'eau aura lissé un nouveau galet.

Et dans mille ans, les gens courront à six mille kilomètres à l'heure sur des fusées super-atomiques et pour quoi? Pour arriver à la fin de l'année et s'émerveiller devant le même petit enfant en plâtre que, un de ces soirs, le camarade Peppone peint au pinceau.





 

 

jeudi 17 décembre 2020

Le croisement de Baoro

 

 

 

Le croisement de Baoro

Baoro est une petite ville au croisement de deux routes: celle qui relie Bouar (et la frontière avec le Cameroun) à la capitale, Bangui, et celle qui de Bozoum (théoriquement, car cette partie de la route est impraticable) mène au sud, à Carnot et Berberati (zones de forêts, de diamants et de bois).

Il y a quelques jours est passé l'archevêque de Bangui, le cardinal Dieudonné Nzapalainga, en direction de Berberati, où il visitera les paroisses et les communautés, apportant un message fort de foi et de réconciliation.

Souvent, le long de ces routes, j'ai remarqué qu'il y avait un autre gros problème de destruction de l'environnement. Étant donné que l'essentiel du commerce passe par ici, beaucoup en profitent pour vendre du bois et du charbon. Malheureusement, ce sont de grandes quantités, et il n'y a aucun contrôle sur la coupe du bois et la conservation de l'environnement.

Peut-être aussi parce que les autorités, ces dernières semaines, sont plutôt occupées dans les campagnes électorales. Les élections auront lieu le 27 décembre. Si tout va bien. Parce qu'en ces jours et ces heures, il y a beaucoup de tension dans l'air. Dans certaines villes, il y a eu des affrontements entre les mouvements rebelles et militaires. Dans beaucoup d'autres c'est plutôt la guerre du "on dit": beaucoup de rumeurs de présence d'hommes armés, mais, heureusement, peu de preuves sur le terrain.

Le samedi 12 décembre, dans l'après-midi, j'ai célébré la messe à Zoungbe, un petit village à 38 km de Baoro. La communauté est encore petite et je célèbre la messe sous un toit de chaume.

Mais la participation est intense.





Gesso artigianale
Platre artisanal


Messa a Zoungbe


Legna e carbone
Bois et charbon de bois




Il Cardinale Nzapalainga e p.Stefano