Total Visites

jeudi 18 avril 2019

En route vers Pâques





En route vers Pâques
Il ne manque que quelques jours avant la grande fête de Pâques.
Vendredi 12 avril, nous entamons le grand Pèlerinage des jeunes. Tous les 2 ans, autour du dimanche des Rameaux, nous organisons un grand (et long!) Pèlerinage pour les jeunes de la paroisse. Cette année, nous sommes allés à Bahoyo, un petit village situé à 48 km, sur la route reliant Bozoum à Bouar.
Nous sommes près de 300 au départ: enfants, jeunes, mères, papas. Nous nous réunissons dans l'église et après une courte prière, nous partons. Heureusement, le ciel est couvert et on marche bien. Nous faisons une partie du voyage dans la prière (Via Crucis, Chapelet, chants ...) et avec un bon pas nous arrivons dans le village (Bouforo) vers 18h15. Environ 4 heures et demie par 24 km!
Ici, les pèlerins vont passer la nuit, accueillis dans les différents auvents, maisons et sous les arbres, et après un rapide dîner, un bref repos les attend. Je rentre à Bozoum pour la nuit et je reviens à Bouforo le lendemain à 5h30. Nous partons ensemble et après 1 heure et demie de marche dans la savane, nous rejoignons la grande route. Le ciel est couvert et la pluie approche, et elle commence finalement quad nous sommes près de Koundé, vers 8h30. Nous marchons sous la pluie pendant 2 heures et nous sommes complètement mouillés lorsque nous arrivons, vers 10h30, à Bahoyo.
Ici, l'équipe de cuisine est déjà au travail et entre les écoles et la chapelle, nous pouvons au moins nous changer.
L'après-midi, après un peu de repos bien mérité, c’est le moment des Confessions. Et le lendemain dimanche, la grande procession des Palmes qui se déroule à travers le village.
Samedi en fin de matinée, je rentre à Bozoum, en particulier pour célébrer les Confessions. Et le dimanche matin, nous célébrons aussi la fête des Palmes. Comme les habitants de Jérusalem, nous acclamons Jésus et, en procession, nous entrons dans l'église.
La messe est profondément ressentie, surtout parce qu'elle nous introduit à la Semaine sainte.
Dans l'après-midi, avec 2 camions, les pèlerins retournent à Bozoum.
Pour tous un bon chemin vers Pâques!
"Dieu est mort et nous l'avons tué: cette phrase est tirée presque à la lettre de la tradition chrétienne et nous répétons souvent quelque chose de similaire dans nos Viae crucis sans ressentir la terrible gravité de ce que nous disions. Nous l'avons tué, en l'enfermant dans la coquille usée des pensées habituelles, en l'exilant en disant des banalités ou en le considérant comme une préciosité archéologique. (...). Lorsque la tempête sera passée, nous nous rendrons compte à quel point notre foi était pleine de sottise. Et pourtant, ô Seigneur, nous ne pouvons pas ne pas nous empêcher de te secouer, Dieu qui restes silencieux et dors, et de crier vers toi: Réveille-toi, ne vois-tu pas que nous sombrons? Réveille-toi, ne laisse pas les ténèbres du Samedi Saint durer éternellement. Laisse tomber un rayon de Pâques sur nos jours aussi. Rejoigne-nous alors que nous nous dirigeons désespérément vers Emmaüs, afin que nos cœurs puisse s’allumer à ta présence ". (Joseph Ratzinger)
Joyeuse Pâque!







camminando sotto la pioggia
en marchant sous la pluie



il ritorno
le retour


Domenica delle Palme
Dimanche des Rameaux




Il fiume, inquinato dalla ditta che estrae l'oro
le fleuve à Bozoum, pollué par l'entreprise qui extait l'or

jeudi 11 avril 2019

Trop de richesse?





Trop de richesse?
Comme dans la vie, cette semaine aussi se sont alternés des moments de chagrin et d’espoir.
Vendredi dernier, l'enseignant Yves Woko est décédé à Bangui: il avait 73 ans, il a été enseignant tout au long de sa vie (d’abord dans les rangs de l'État et, depuis 20 ans, dans notre école de Bozoum). Un homme juste, plein de foi et de gratitude pour tout, même si la vie a été dure avec lui.
Samedi matin, je vais au fleuve Ouham pour essayer de comprendre si la décision du ministère de suspendre toutes les activités d'extraction d'or de la société chinoise est respectée ou non. En arrivant à un kilomètre de la rivière, je peux déjà entendre le bruit des machines. Je côtoie la rivière et je marche pour plus d'un kilomètre et demi sur le chantier. C'est impressionnant! Ils ont détourné l’eau de la rivière en creusant un canal de 4 mètres de large et 4 bulldozers chargent tout le gravier et le sable du fond du fleuve sur une machine pour tamiser et extraire l’or. Pas de contrôles, pas d'attention de la part des autorités. Et les chantiers sont développés sur au moins dix kilomètres. Les ressources du pays, qui pourraient être utilisées pour son développement, sont volées sans honte et laissent de profondes cicatrices, pas seulement dans le lit de la rivière.
Je me demande (et malheureusement, je connais déjà la réponse), si la décision du ministère est un acte sérieux  ou s'il s'agit simplement d'une opération de façade.
Lundi je pars pour Bocaranga (en passant par Bouar). L'évêque m'a demandé de l'accompagner mardi dans la région de Koui, où les rebelles de 3R sont installés depuis 4 ans. Ce sont des terres riches en eau et en végétation et, pour cette raison, riches en pâturages et en bétail. Peut-être trop riches: des centaines de milliers de vaches y sont concentrées, ce qui engendre des tensions entre agriculteurs et agriculteurs, mais également entre les différents groupes ethniques.
Ces dernières années, de nombreux épisodes de violence ont eu lieu et des personnes ont souvent dû fuir. Nous trouvons un village, Lobaye, sur la route entre Bouar et Bocaranga, où environ 500 personnes se sont réfugiées en abandonnant Koui.
Mardi matin, nous nous rendons à Boyay Wantonou, un village situé à une dizaine de kilomètres de Koui, pour un moment de rencontre, de prière, de réconciliation. En plus de l’évêque, il y a aussi les imams et les pasteurs protestants (le maire est également présent, ainsi que Sidiki, le chef des rebelles). C'est un moment d'intense prière et de partage qui se transforme lentement en une belle fête.
Dans l'après-midi, nous vivons un moment semblable à Koui: un village où les bâtiments typiques sont mélangés, avec davantage de bâtiments tchadiens ou soudanais et avec une petite et belle mosquée. Juste pendant la prière, la pluie vient comme une bénédiction.
En tant que Caritas, je suis ici pour essayer de comprendre les besoins et de voir ce qui peut être fait. Les besoins sont énormes, dans une partie du pays presque abandonnée (il n'y a qu'un seul enseignant étatique pour 20 écoles. Les 42 autres enseignants sont tous des "maîtres-parents": des jeunes et des adultes qui se sont engagés à enseigner quelque chose aux enfants).




Rifugiati nel villaggio di Lobaye
Déplacés dans le village de Lobaye
 







P.Robert, ecc
P.Robert, etc


Preghiera per la pace
Prière pour la piax
Prayer for peace




Yves Woko

6 aprile 2019: un cantiere per l'oro
6 avril 2019: un des chaniters pour l'extraction de l'or

jeudi 4 avril 2019

On avance!







On avance!
Le chemin de Carême continue. Tandis que s’intensifie la préparation des catéchumènes au Baptême, la nuit de Pâques, la communauté les accompagne avec la prière. Parmi les prières, il y en  une très chère à nos gens : le Chemin de Croix, pour retracer le parcours de la Passion de Jésus avec les 14 stations, dans lesquelles nous méditons sur les traces de l’Homme des Douleurs.
Samedi et dimanche, la paroisse organise un petit forum pour les jeunes, en préparation du prochain pèlerinage, qui aura lieu dans 2 semaines (48 km à pied, jusqu'au village de Bahoyo).
Et le lundi après-midi, c’est la remise des bulletins du deuxième trimestre aux élèves de notre lycée St. Augustin. Je remarque avec joie que les filles grandissent dans les résultats: dans plusieurs classes elles ont finalement conquis les premières places.
On avance! Mais malheureusement, avancent aussi les travaux de la société chinoise qui extrait l'or dans les environs de Bozoum. Malgré la décision du ministre, les travaux ont repris, un peu en sourdine (la nuit ou dans les sites plus éloignés). Complicité? Défis? Vendredi dernier, au cours de la messe pour l'anniversaire de la mort du premier  président de la République centrafricaine (Barthélemy  Boganda), j'ai expliqué à la Communauté le grand problème de l’exploitation sauvage, de la pollution et du vol des matières premières par l'entreprise chinoise. Le préfet était présent, mais il n’a pas réagi. Complicité?
Et une belle nouvelles pour les amis francophones : Paolo Silvestro est en train de terminer la mise en page de la version française du livre "Courage !" (le textes de ce blog depuis 2012). Il sera imprmé dans les prochaines semaines.
Courage!


Via Crucis


Forum dei giovani
Forum des jeunes


la consegna delle pagelle
la remise des bulltins du 2è trimestre



la copertina della versione in francese di "Coraggio"
la couverture de l'édition en français

jeudi 28 mars 2019

Vie et mort


Le clarisse accompagnano p.Toussaint con il canto
les Clarisses accompagnent avec le chant le p.Toussaint


Vie et mort
Le frère Toussaint Zoumalde, frère capucin, a été tué la semaine dernière au Cameroun, à Ngaoundéré, probablement lors d'un vol. Je le connaissais bien: il y a quelques années, il était au séminaire de Bouar, où j'ai travaillé pendant 11 ans. C'est une mort soudaine: elle nous rappelle d'une part notre fragilité, de l'autre la fragilité de la sécurité dans nos pays.
Le vendredi 23 mars, nous célébrons ses obsèques dans la cathédrale de Bouar, où il a été ordonné en 2002. L'église est pleine (p. Toussaint était originaire de Bouar et il a travaillé pendant de nombreuses années pour Radio Siriri) et nous sommes une soixantaine de prêtres , ensemble avec l'évêque, réunis pour prier pour notre frère.
Hier mercredi 27 mars, le pape François a présenté une sœur (missionnaire en Afrique depuis 60 ans!) Et a déclaré: "Je compte exprimer ma gratitude à vous et à tous les missionnaires, prêtres, religieux et laïcs, qui dispersez les graines du Royaume de Dieu dans toutes les parties du monde. Votre travail est précieux. Vous "brûlez" votre vie en semant la parole de Dieu avec votre témoignage ... Et dans ce monde, vous ne faites pas de bruit, vous n'êtes pas parmi le nouvelles des journaux ".
De retour à Bozoum, dans l'après-midi se déclenche une petite tornade: vent très fort, poussière, puis pluie. C'est impressionnant de voir la nature se déchaîner ainsi!
Dieu merci, il n'y a pas eu trop de désastres: des tôles ont volé, des toits de paille ont été détruits, mais pas de victimes.
Lundi, je suis descendu à Bangui pour rentrer à Bozoum mercredi, où je trouve une belle surprise: le ministre des Mines a suspendu toutes les activités d'extraction de l'or à Bozoum! Et depuis trois jours, les chantiers sont arrêtés! C'est une première petite victoire et nous espérons que les entreprises chinoises seront obligées de respecter les règles et de réparer les dégâts causés.
Nous verrons et nous contrôlerons!




Il decreto del Ministero che blocca le attività inerarie delle ditte cinesi
Le décret du Ministère qui bloque les activités minières des entreprises chinoises


piccolo tornado in arrivo
petite tornade




il nostro Liceo, visto da uno degli alunni
notre Lycée, vu par un de nos élèves