Total Visites

vendredi 5 août 2022

Un peu de retard !

 

 

Santuario di Gesù Bambino a Baoro
Le sanctuaire de l'Enfant Jésus à Baoro

 

Un peu de retard !

Me voici, un peu en retard !

Malgré la saison des pluies, les travaux et les activités se poursuivent.

Le dimanche, je célèbre la Messe à Barka Bongo, un village situé à 40 km, sur la route de Bangui.

Ces jours-ci, nous avons finalement terminé les travaux de nettoyage et de restauration de notre église à Baoro.

Mardi, le Père Davide Sollami et 8 volontaires italiens arrivent à Baoro, visitant la Mission pour la première fois. Le père Davide est responsable de l'animation missionnaire et de la Procure des missions à Arenzano. Avec le groupe de volontaires, ils ont visité les différentes missions et, surtout, ont travaillé à Bozoum, en peignant l'école de Sambay.

Mercredi matin, nous sommes partis tôt (à 5 heures) pour Bangui. La route ne s'améliore pas (au contraire !), mais nous arrivons à 10h30, après 400 km.

Lorsque nous arrivons au Carmel, notre couvent à Bangui, les jeunes de la communauté sont en train de finir de décharger le conteneur qui vient d'arriver d'Italie, avec du carrelage, du matériel électrique et de plomberie, qui sera utilisé pour la construction du nouveau couvent.

Le chantier continue. Le jeudi matin, la pluie m'arrête pendant quelques heures, mais vers 9h30, je parviens à commencer à poser les gaines du système électrique dans la dalle qu'ils sont en train de terminer. Après la pluie, il y a du soleil, trop même !

Je termine à 17 heures, pour reprendre et finir ce matin, vendredi.

C'est pourquoi je suis un peu en retard !



Giochi fatti a mano (dai bambini!)
Des jouets maison (construits par les enfants)



P.Davide Sollami evolontari in visita
Le p.Davide Sollami et les volontaires en visite

Arrivo del container
Arrivée et dechargement du contenair

Cantiere del nuovo convento di Bangui
Le chanitier du nouveau couvent de Bangui


 

 

jeudi 28 juillet 2022

Programmes et imprévus

 


 

Programmes et imprévus

Les programmes ne fonctionnent pas toujours comme prévu. Et en Centrafrique, il arrive souvent qu'ils changent au dernier moment.

Je comptais pouvoir retourner à Baoro le vendredi, après quelques jours à Bangui. Le programme était d'accueillir le père Davide et huit autres volontaires italiens, qui devaient arriver visiter notre mission. Mais le vendredi matin, un gros orage a éclaté : il avait déjà plu une bonne partie de la nuit, et la pluie allait continuer jusqu'à l'après-midi. L'avion n'a pas pu atterrir et il est retourné à Douala, au Cameroun, où le père Davide et son équipe ont passé la nuit.

Samedi matin, se rendre à l'aéroport est une petite entreprise : les pistes non goudronnées sont glissantes et je risque de m'enliser dans la boue, et en chemin je vois de nombreuses zones encore submergées par l'eau, qui avait inondé de nombreux quartiers de la ville la veille.

Le père David et le groupe de volontaires sortent de l'aéroport vers 9h30, et nous partons immédiatement pour Baoro, où nous arrivons vers 16h30. Je m'arrête ici, tandis qu'ils continuent vers Bouar et Bozoum.

Le lendemain, dimanche, je célèbre la Messe à Dobere, à 50 km de Baoro.

Enfin à Baoro, je peux suivre les différentes activités en cours : l'auto-école, la formation des monitrices et des moniteurs des jardins d'enfants, et les travaux de notre église paroissiale. Nous sommes presque à la fin, et ces jours-ci Romain termine la chapelle-sanctuaire de l'Enfant Jésus.

Mercredi après-midi, je vais à Igwe, le plus petit village, à 60 km. Ces jours-ci, une entreprise locale est en train de forer un puits pour l'eau. Ils sont partis le lundi, et ont eu quelques péripéties à cause des arbres et des branches sur la route. Cependant, ils ont commencé à forer et ont trouvé de l'eau à environ 30 mètres.

Pour le village, c'est un événement exceptionnel : adultes et enfants se tiennent autour, observant les camions et les ouvriers.

C'est mieux que la télévision (qui n'est pas là, de toute façon !).

Formazione maestre e maestri d'asilo, a Baoro
La formation des monitrices/moniteurs des écoles maternelles, à Baoro

 


Scuola guida
Auto-école

 

 

La cappellina di Gesù Bambino
La chapelle de l'Enfant Jésus

Marcelin









jeudi 21 juillet 2022

Quelle fantaisie!


Quelle fantaisie!

Je rencontre souvent les enfants, ici à la Mission, dans les villages ou en ville. Riches en sourires, et de grandes capacités et fantaisie.

Il y a quelques jours, je vois trois enfants qui s'affairent autour d'une sorte de "voiture", faite de fil de fer et de morceaux de plastique et de tôle, une tige attachée aux roues que l'on peut diriger, des roues faites de morceaux de caoutchouc à partir de vielles chaussures. Et, cerise sur le gâteau, quelques vieilles piles qui allument une petite ampoule !

La veille, j'ai vu un autre enfant qui essayait de se déplacer sur une (UNE) roue qui à l'origine faisait partie d'une valise : il avait inventé la "trottinette" à mono-roulette !

Et justement pour eux, les enfants, nous avons organisé une session de formation pour une vingtaine de monitrices (et moniteurs) des écoles maternelles de Baoro et des villages. Une formation de 2 semaines, qui leur permettra de mieux travailler à la rentrée prochaine.

Dimanche, je suis à Bawi, à 35 km de Baoro, où je célèbre les baptêmes de 6 garçons et filles, d'un adulte et d'un bébé. Pour le village, c'est une grande fête !

Mardi, je pars pour Bangui, pour les travaux du nouveau couvent, qui avancent doucement.

La situation dans le pays est de plus en plus critique. Depuis trois mois maintenant, le carburant est introuvable. Ou plutôt : introuvable dans les stations-service, mais vendu au marché noir à trois fois le prix...

Pourtant, chaque semaine, des dizaines de camions citernes passent par Baoro, chargés de gasoil et d'essence...


Prodotti tipici... dalla Russia
Des produits typiques... de Russie

Bawi



Formazione maestre e maestri d'asilo
Formation des monitrices et moniteurs des écoles maternelles


Il cantiere di Bangui
Le chantier de Bangui