Total Visites

jeudi 17 janvier 2019

Bangui - Bozoum

Fiori di mango
Fleurs de mangue

Bangui - Bozoum
De retour du Cameroun, mercredi 9 janvier, je passe quelques jours à Bangui avec mes amis de Siriri.org, une ONG de la République tchèque avec laquelle nous collaborons depuis des années.
Le jeudi et vendredi sont des journées de rencontres et de réunions  auprès des Ministères et des organismes divers.
Paolo Silvestro et Giuseppe Occelli, de Cuneo, arrivent également le samedi matin. Leur voyage a été très long, à cause d'un vol annulé par Air France, qui les a ensuite obligés à se rendre à Paris, Casablanca au Maroc, Douala au Cameroun et enfin à Bangui!
Vers 10 heures, après avoir chargé les voitures, nous partons tous, les 3 Tchèques et les 2 Italiens, vers Bozoum. La route continue d'être très mauvaise. Même les travaux inaugurés solennellement en août sur la piste Bossemptele - Bozoum n’avancent pas: en 5 mois, seulement 13 km ont été réparés (mal).
Nous arrivons samedi soir à Bozoum et dimanche matin, après les Messes, je donne le fauteuil roulant que j'ai acheté au Cameroun à Gauthier: il en est très heureux!
Avec les invités de la République Tchèque, nous visitons les écoles. Ces jours-ci, le n ° 2 du ministère de l’Éducation (le Directeur Général de l’enseignement) a visité notre lycée et nos écoles primaires et il a exprimé son appréciation.
La préparation de la Foire Agricole qui aura lieu la semaine prochaine, avance également.
Mais les problèmes s'intensifient également. Notre région a été perturbée par des hommes armés pendant ces deux semaines. Dans les routes autour de Bozoum il y a des Peuls (Mbororo, peuple nomade de bergers) qui fuient leurs "protecteurs", les rebelles du mouvement 3R. Parfois c’est la population locale qui s’y met, avec les antibalaka attirés par le bétail qui attaquent des villages peuls. Cela déclenche la réaction des rebelles, avec d'autres meurtres et dévastations.
Mercredi après-midi, ils m'appellent pour me rendre dans un village situé à 10 km de Bozoum. Ici, je trouve une famille de Peuls en fuite: une mère (enceinte), une fille et trois enfants. Ils ont tout perdu et ils ont très peur. Je les amène à Bozoum et nous les accueillons dans les locaux de la Mission.
Aujourd'hui, jeudi, je les amène à l'hôpital, où le médecin leur rend visite, et j'achète les médicaments nécessaires. Heureusement, une des sœurs connaît le Foufouldè et on peut parler un peu.
Combien de temps la Paix sera-t-elle si fragile dans ce pays?



Presentazione del Programma "Imparare giocando" ai Vescovi del Centrafrica
Présentation du programme "Apprendre en jouant" aux éveques de Centrafrique

Intervista al disegnatore Didier Kassai


Gauthier


George, Ludmila et Veronika di SIRIRI.ORG

gli alunni di 3a Liceo nelle nuove aule
Les élèves de Terminale devant les nouvelles salles de classe


Issa, con la sua capretta
Issa, avec sa chèvre

Giuseppe Occelli

jeudi 10 janvier 2019

Baoro-Yaoundé



Baoro-Yaoundé
Vendredi après-midi, le 4 janvier, je vais à Bouar et le soir je suis à Baoro.
Aujourd'hui, les "élèves" de l'école catéchiste arrivent: ils sont une dizaine d'hommes adultes et leurs familles qui suivront une école de 6 mois pour devenir des "catéchistes": le catéchiste, en Afrique, a une responsabilité très importante. Dans les villages où le prêtre ne se rend que quelques fois par an (à cause de la distance et du nombre de villages), c'est précisément le catéchiste qui guide la communauté, célèbre les moments de prière et enseigne le catéchisme.
Les dix familles se plongent toutes dans la formation: les catéchistes suivent une série de cours sur la Parole de Dieu, sur l’animation de la prière, sur les sacrements. Les enfants fréquentent les écoles de la ville et les épouses, aidées par Soeur Biagina et d'autres femmes, seront formées à la puériculture, à la couture, etc...
Samedi matin, je visite deux sites: nous construisons deux écoles primaires dans les villages de Dayanga et de Dobere. C'est un grand engagement, mais nous croyons en l'éducation en tant que "arme de construction massive"!
Dans l'après-midi, j'arrive à Bangui et dimanche matin, je pars au Cameroun pour rendre visite à nos confrères qui y travaillent, et en particulier aux deux étudiants en théologie, centrafricains,  qui y sont accueillis.
Je prends l'avion pour Douala, la capitale économique du pays, et je continue immédiatement en bus jusqu'à la capitale, Yaoundé. Les routes sont goudronnées, il n'y a pas beaucoup de circulation aujourd’hui, étant dimanche et nous arrivons au bout de cinq heures, après environ 250 km.
En plus de visiter et de discuter avec les confrères, j'aime aussi regarder les différents magasins et commerces, et je m’amuse même un peu. Je peux aussi acheter un beau fauteuil roulant pour notre Gauthier, un jeune handicapé de Bozoum, qui sera ravi de le recevoir.
Mercredi matin, je pars à 3 heures du matin du couvent et le bus, qui part à 4 heures, me laisse près de l'aéroport de Douala, d'où je parviens à Bangui.
C'est la semaine des arrivées: Ludmila Böhmová, Veronika Boháčová et Jiří Pasz, qui viendront à Bozoum pour le projet "Apprendre en jouant", sont arrivés mardi. Vendredi arriveront Paolo Silvestro et Giuseppe, qui me donneront un coup de main pour la préparation de la foire agricole (25-27 janvier), tandis que samedi viendra Enrico Massone, qui viendra à Bozoum pour la construction d'une église dans le village de Kpari.
Bon travail!
Famiglia alla scuola dei Catechisti a Baoro
une fmille de l'école des Catéchistes de Baoro

La scuola in costruzione a Dayanga
L'école en construction à Dayanga

I mattoni per la scuola, prima della cottura
les briques pour l'école, avant la cuisson

la scuola in costruzione a Dobere
l'école en construction à Dobere











jeudi 3 janvier 2019

De Noël au nouvel an



De Noël au nouvel an
Après Noël, samedi 29 décembre, nous avons eu un grand don: l'ordination du Frère Michael au Diaconat.
Fra Michael est le jeune carme qui a fait la profession solennelle le 8 décembre. Et le samedi 29, il est devenu diacre. Le diaconat est la première étape du sacerdoce. Les Actes des Apôtres nous disent que très tôt, l'Église (Pierre, Jacques et autres) comprit qu'il était nécessaire de choisir des personnes pour le "service" des pauvres. Et ainsi ils ont choisi des chrétiens (y compris Étienne) et leur ont imposé les mains (comme consécration et effusion du Saint-Esprit).
Frère Michael aura pour mission la proclamation de la Parole (c’est le diacre qui lit l'évangile pendant la Messe) et le service, en particulier des plus pauvres. Don Tonino Bello disait  que le tablier était le seul vêtement liturgique porté par Jésus. "L'étole et le tablier sont la face et le revers du même vêtement sacré: l'étole qui fait de nous des ministres de l'Évangile et le tablier qui fait de ceux qui lavent ‘les pieds au monde’. En fait, mieux encore, elles ressemblent à la hauteur et à la largeur d’un seul vêtement de service; le service rendu à Dieu et le service rendu aux autres ".
Donc, samedi matin, grande fête dans notre communauté du Carmel à Bangui. À cette occasion, nous accueillons le cardinal Nzapalainga, archevêque de Bangui. Il était souvent venu au Carmel, alors qu'il y avait des milliers de réfugiés, et il était étonné de voir la différence maintenant qu'ils sont partis.
La liturgie a lieu dans l'un des cloîtres, sous des toiles, afin d'accueillir tout le monde. Chorales, danseuses, servants d'autel, de nombreux prêtres et jeunes carmes: tous contribuent à une belle fête, vibrante mais attentive, joyeuse mais respectueuse du silence.
Après l'homélie, le cardinal impose ses mains sur le frère Michael et lui confère le statut de diacre avec la prière de consécration. La cérémonie dure environ deux heures et demie et passe très vite.
Mais… c’est samedi et je dois rentrer à Bozoum pour la célébration des Messes du dimanche! Et alors, après avoir mangé rapidement quelque chose, je reprends la route de Bozoum: les 400 km comme d’habitude, dont 250 très très mauvais. Je quitte Bangui à 14 heures et j’arrive à Bozoum à 20h15.
Le dimanche 30 décembre, nous célébrons la fête de la Sainte Famille de Nazareth. C'est l'occasion de rappeler cette grande réalité et de célébrer les anniversaires du mariage de 3 à 44 ans!
Le lundi 31 décembre, nous célébrons la Messe en remerciement pour 2018 qui est sur le point de se terminer. L'après-midi et toute la nuit sont égayés par des cris et des chants et par la répétition sans fin de "Bonne année".
Et "Bonne année" à vous tous!














Anniversari di matrimonio
Anniversaires de mariage

jeudi 27 décembre 2018

Noël.2, et bonne année!





Noël.2,  et bonne année!
Et Noël est arrivé! Grace à  Dieu!
C'était déjà dans l'air! Vendredi après-midi, le 21 décembre, une petite fête a eu lieu au centre des orphelins "Arc n Ciel". Autour d'un petit berceau, les enfants et les petites filles ont passé des moments joyeux, avec des chants, des sketches et même des petits cadeaux (une boisson, des cacahuètes, des biscuits, du savon ...).
Dimanche 23 nous avons eu la visite surprise de notre évêque, qui a célébré la messe à 8h30, nous invitant tous à un Noël rempli de la présence de Dieu et de la mémoire de ceux qui souffrent, en Centrafrique, mais aussi dans nos quartiers.
Le lundi soir, la veille, nous avons célébré la grand Messe de minuit ... à 19 heures (un peu pour des raisons de sécurité, un peu à cause du froid et un peu parce que c'est la tradition locale). Beaucoup de monde et beaucoup de participation. Il est toujours émouvant d'entendre l'assemblée "exploser" au moment du Gloria, mais aussi de voir l'attention des adultes et des enfants sur ce que nous célébrons et vivons.
Le jour de Noël, mardi matin, nous nous sommes réunis pour la Messe solennelle, à 8h30. Beaucoup d'enfants et beaucoup avec des jouets en main: poupées, hélicoptères, voitures, sifflets et trompettes ... Aujourd'hui, ils sont au centre de toutes les attentions!
Dans quelques jours, nous clôturerons l'année. Une belle année, car c’est un cadeau de Dieu, même avec de la fatigue et des problèmes. Je vous souhaite à tous une année 2019 sereine, parce que c’est un cadeau de Dieu! Et en nous mettant entre Ses mains, toutes les douleurs et toutes les souffrances ne seront pas épargnées, mais il les amènera avec nous, car les joies et les difficultés deviennent toutes les deux une partie du grand projet d'Amour que Dieu a pour chacun de nous et pour toute l'humanité!






Festa di Natale al centro orfani Arc en ciel
Fete de Noel au Centre des Orphelins Arc en Ciel


P.Matteo






Messa di Natale
Messe de Noel


Un piccione verde
un pigeon