Total Visites

vendredi 23 juin 2017

L'école est (presque) terminée. 2








L'école est (presque) terminée. 2

Samedi, 17 Juin, nous avons remis les bulletins des garçons et filles de notre Lycée St.Augustin. Cette année aussi  nous pouvons récompenser le meilleur élève de chaque classe avec une bourse, qui garantit l’inscription gratuite pour l'année prochaine.
Le dimanche  nous clôturons l'année scolaire pour l'école maternelle Ste Marthe, l'école d’alphabétisation et l'école primaire « Isidore Bakanjia ». Il y a beaucoup de monde! Les élèves sont presque 1.250, et en plus il y a les parents, dont certains très fiers de la réussite de leurs enfants. Pour les 15 premiers élèves de chaque classe nous donnons une plante fruitière, qui sera ensuite plantée avec les parents, comme engagement  et souvenir de  la fin de cette année scolaire.
Mardi le « grand », nos élèves du Lycée St.Augustin commencent les épreuves écrites du BAC. Ils sont  17, très tendus. Les examens sont écrits, et durent quatre jours. Les copies sont ensuite envoyées à Bangui, où seront corrigées, et dans 3-4 semaines les résultats seront annoncés à la radio ...
Mais dimanche une autre belle nouvelle est arrivé: notre Chorale a remporté le premier prix du concours organisé pour le diocèse!
Jeudi je pars pour Bocaranga. La route est toujours mauvaise, et les pluies l’empirent. Pour parcourir 125 km, il faut plus de 3 heures.
Ici je rencontre les Pères capucins et les sœurs. La ville avait subi une attaque très violente, le 2 Février, et il y a des difficultés à reprendre une vie normale. Malheureusement  il y a beaucoup d'insécurité. A quelques kilomètres de la ville ces jours-ci sont arrivés environ 200 hommes armés, anciens Séléka. Et en dépit des accords signés à Rome ces jours-ci, il y a très peu d'espoir que le cessez-le feu soit effectif.
A Bocaranga, avec l'aide de quelque Caritas européenne, en particulier de Cordaid, nous avons soutenu les écoles de la ville, avec la distribution de fournitures scolaires pour plus de 5000 enfants. Nous sommes en train de fabriquer aussi 400 table-bancs pour les écoles, à distribuer au début de l'année scolaire, et, depuis Mars, nous soutenons les enseignants avec une petite contribution mensuelle.


c'è anche qualche bocciato...
pas admise...








Inizia la Maturità
commencement du BAC

Il ritorno della Corale
le retour de la Chorale



I banchi per le scuole
les table-bacs pour les écoles


vendredi 16 juin 2017

L'école est (presque) terminée. 1





L'école est (presque) terminée. 1

En Juin, en Centrafrique aussi c’est  la fin de l'année scolaire. Et ici à Bozoum, à la Mission, c’est une grande fête pour plus de 1.550 enfants qui fréquentent nos écoles: l’école maternelle « Ste Marthe » (150 enfants), l'école primaire « Isidore Bakanjia » (850 élèves), l'École d'alphabétisation (130 enfants), le Collège et Lycée (250). Sans oublier le centre Orphelins « Arc en Ciel », avec près de 200 enfants âgés de 4 à 14 ans.

Pendant cette semaine il y avait les conseils des professeurs et des enseignants, et nous sommes très occupés dans la préparation des bulletins.

Aujourd'hui, vendredi, nous avons clôturé l'année du Centre des orphelins. Sous la direction de Sr. Christine, les enfants se sont déchainés dans des chants, des sketches et des danses.

Demain matin nous allons livrer les bulletins aux garçons et aux filles de « Saint-Augustin » (collège et lycée), et les meilleurs élèves de chaque classe seront récompensés par une bourse d'études, que le CDVM (Club des directeurs de vente et marketing) de la province de Cuneo il a mis à disposition.

A la semaine prochaine pour la deuxième partie!

Ospite di passaggio in alta uniforme












vendredi 9 juin 2017

Réfugiés et déplacés, maisons et écoles

 


Réfugiés et déplacés, maisons et écoles
Après la réunion de Caritas à Bangui,  le samedi matin à 5h je pars de la capitale, avec le Vicaire du diocèse, l'Abbé Mirek.
Je m’arrête à Baoro, où je rencontre la communauté et, surtout, je salue le  p.Lionello : les prochains jours il partira définitivement (pour le moment) en Italie, après 5 ans de travail en Mission.
Dans l’après-midi je continue vers Bouar, et le soir j’arrive enfin à, après près de 600 km.
Le dimanche est la grande fête de la Pentecôte, mémoire du don de l'Esprit Saint, qui remplit les apôtres et les envoie proclamer le Christ au monde.
Lundi matin je repars pour Bouar, pour rencontrer la communauté des St.Elie et Yolé, pour vérifier avec eux le travail de formation de nos jeunes.
Ces jours-ci les nouvelles sur la Centrafrique sont source de préoccupation constante. Hier après-midi, un groupe armé a attaqué Ndim (170 km de Bozoum), et a volé une centaine de vaches, y compris celles de la communauté des Sœurs ...
Je viens de recevoir un rapport officiel  du HCR (Haut Commissariat des Réfugiés) que le 31 mai donne ces chiffres: 484.028 personnes déplacées (techniquement « des réfugiés internes ») et 503.600 réfugiés à l'étranger ... Ça fait  987.628 personnes sur une population d'environ 4 millions d’habitants! Un quart de la population !

Et enfin, quelques bonnes nouvelles.
Cette semaine, il y avait l’examen du B.C., et les jeunes de notre Lycée St.Augustin ont eu un bon résultat: 24 candidats promus sur 25! Et nos élèves occupent les 22 premiers classements du centre d’éxamen de Bozoum, sur environ 130 candidats.
Nous avons également terminé les 14 premières maisons pour les pauvres, bâties  avec l'aide de Cordaid, la Caritas néerlandaise. Terminez ce premier lot, nous allons continuer avec d'autres 16/18maisons, ce qui permettra aux personnes âgées, les veuves et les victimes de la Séléka ou des anti-balaka d'avoir un hébergement décent.













p.Lionello

vendredi 2 juin 2017

D’un mois à l’autre





D’un mois à l’autre
Enfin à la maison! Les premiers jours à Bozoum sont très chargés. Il y a la Paroisse, avec ses rythmes et ses engagements (nous faisons les examens finaux de catéchisme), il y a plusieurs projets en cours, en particulier avec  Caritas, c’est la fin de l'année scolaire, et ainsi de suite.
Mercredi 31 mai nous grimpons une colline surplombant Bozoum, où il y a une statue de Marie, qui veille sur la ville. Nous sommes nombreux (et surtout nombreuses!) pour célébrer la Messe , consacrer la ville et la mettre sous la protection de la Vierge. Je bénis la ville avec une statue de Notre-Dame de Lorette, que des amis italiens m’ont donné il y a quelques semaines.
Nous descendons la colline, et en bas,  au commencement de l'un des quartiers de Bozoum, je m’arrête pour saluer Madeleine, une vieille femme aveugle. Je lui laisse les offrandes que les fidèles ont donné à l'offertoire, et notre prière devient un peu comme Marie qui est partie en courant pour rendre visite à sa cousine Elisabeth.
La situation du pays est de plus en plus préoccupante. Alors que la capitale, Bangui, est relativement calme, plus de 60% de la Centrafrique est sous contrôle des rebelles des différentes factions du Séléka, et d'autres parties sont sous le contrôle de anti-balaka. Le Gouvernement se limite à la capitale, et le reste du pays ne semble pas être un souci. Dans notre région, il y a eu des attaques dans différentes villes (Niem, Ndim, Bocaranga) et l'avenir est très incertain. Le Casques bleus, en dépit d'avoir perdu quelques soldats, victimes d'attaques, ils ne peuvent pas (ne veulent pas?) endiguer la violence et protéger efficacement les civils.
C’est justement pour cette raison que je descends jeudi à Bangui, pour participer à une grande réunion de Caritas. Ils sont présents, en plus du  Cardinal Archevêque de Bangui, d'autres évêques et secrétaires de divers diocèses. Plusieurs gens sont arrivés du Congo et de l'Italie (Caritas Internationalis) pour nous aider à être plus efficaces pour aider le pays à redémarrer, pour être plus proches des populations pauvres et qui souffrent, et pour mieux aider les personnes dans le besoin. Et de le faire au nom du Christ, ouverts à tous les frères et sœurs, sans distinction. Comme Lui il l'a fait.












Riunione Caritas a Bamgui
Réunion Caritas à Bangui