Total Visites

vendredi 6 septembre 2013

Assez, c'est assez !





Mercredi matin, départ à 4h30 , direction Bouar (250 km). Ici, dans l'après-midi réunion de Caritas et de Justice et Paix parce qu'il y a un gros problème : depuis le 16 Août  à Bohong il y a eu des affrontements qui ont fait au moins trente morts et la destruction de plus de 2.000 maisons, brûlées pour empêcher la population de rester. Nous écoutons le témoignage d'un prêtre , l'abbé Michel , qui a dû fuir, comme les religieuses. Une partie de la population a fui à Bouar (80 km ) et l’autres est restée dans des camps autour Bohong .
Dans la soirée arrivée de l'archevêque de Bangui , président de la Conférence épiscopale, et président de Caritas . Sa présence est très importante pour l' encouragement et le soutien, mais aussi comme dénonciation de ce qui se passe .
Jeudi matin départ à 6h du matin. A Forte, à 20 km de Bohong , commence  la zone rouge : des centaines de maisons ont été incendiées . Ensuite, il y a Ndakaya et après nous arrivons enfin à Bohong . Pendant que j'attends le reste de la délégation , je visite un peu le village . Il y a encore des squelettes et des crânes qui sont abandonnés ...et surtout des centaines de maisons brulées.
Avec l'arrivée de l'archevêque la foule augmente. Nous nous réunissons dans l'église , ensemble avec  la communauté protestante ( qui a ici un petit hôpital , qui a été aussi  pillé) . L'église est bondée. Nous commençons la célébration de la messe, et la participation est intense.
Peu de temps après nous cédons la parole aux gens , qui parlent  avec courage. C’est une grande émotion  écouter des histoires de femmes qui ont perdu leurs maris, des pères qui ont vu tuer leur propre fils. Il y a la douleur , mais pas de colère . L'un d'eux dit: «Mais nous ne sommes pas centrafricains? " . Un autre dit : " nous sommes des esclaves " ...
Des milliers de maisons incendiées . Tout ce qu'ils avaient été perdus ... Que faire ?
Ce qui est inquiétant, c'est l'écart qui s'est développée entre la communauté musulmane et les autres : pas une maison musulmane a été brûlé ou pillée... En outre, certains jeunes  musulmans du village ont indiqué aux rebelles les maisons de l'un ou l' autre , le dispensaire , l'hôpital ...
Il faudra beaucoup de temps pour reconstruire , mais beaucoup plus de temps pour créer une coexistence pacifique ...
Après la réunion , je reste dans l'église avec les chefs de village pour organiser la collecte de données sur les maisons brûlées et les victimes, afin d'agir rapidement . L'archevêque et le reste de la délégation vont à la Mairie rencontrer les autorités. Je me joins à eux plus tard, lorsque la réunion a déjà commencé ... Un grand nombre de personnes . Dès mon arrivée, j'ai entendu parler en arabe, et à voix basse (de sorte que l’on puisse m’entendre dans un rayon  de 30 mètres) je me demande si nous sommes en Centrafrique ou ailleurs.... C’est le chef des rebelles qui parle. L' interprète traduit ce qu'il a dit : " Ici tout est calme , nous n'avons pas fait  du mal à personne , rien ne s'est passé " .....
Le maire dit qu'ils doivent retourner au village, que ce qui est passé est passé .... etc . Le vicaire du diocèse, l'abbé Mirek , répond en disant , retourner où ? Toutes les maisons ont été brûlées ! Et à ces paroles, les gens applaudissent fort.
Après la réunion, nous allons visiter le Centre de Santé Luthérien . Il y a aussi  la maternité. Même ici , les rebelles sont entrés en tirant ( dans un hôpital !) , Et ils ont volé les médicaments, le microscope , les panneaux solaires , les motos, le moteur d'une voiture ...
Nous reprenons la route avec une grande douleur . Combien de Bohong y-a-t’il en Centrafrique? Combien de villages ont subi le même sort ? Et quand tout cela finira ?
















1 commentaire:

Lukas Rüst a dit…

Merci de nous tenir à jour toujours, P. Aurelio. Lukas